Ecole en Bambou

Projet « TheSkyIsBeautiful »

2003 (extension en 2005)
Vĩnh Lương (près de Nha Trang)

Histoire d’une rencontre

En 1996, à la fin d’un cours de vietnamien, un élève timide s’approche de mon bureau. Surprise, je regarde Quốc Trí. « Mon frère, élève à l’Ecole d’Architecture de Paris, souhaiterait vous rencontrer pour étudier avec vous un projet de construction… ». « Oui, pourquoi pas ? ».

L’Ecole de nos rêves

Le rendez-vous fut pris avec Nguyễn Chí Tam, en dernière année d’études d’architecture. Chí Tam devait alors préparer et soutenir son projet de fin d’études. Plein d’idéal, Chí Tam me parlait de bambou, de la relation Nord-Sud, de la possibilité d’aider les pays en voie de développement sans entraver leur environnement… Ayant appris notre « rêve » de construire, à l’époque une école à Vĩnh Hải (Nha Trang) pour y abriter nos classes de tendresse, il me proposa alors de lui parler de mon rêve de construction d’école, de ce que je souhaiterais construire pour nos élèves, de nos besoins. Je devins ainsi, en l’espace d’un entretien « cliente » qui décrit « l’école de ses rêves ».

Aussi, aux rendez-vous suivants, Chí Tam me rapporta ses croquis. Des écoles en bambou avec des architectures variées, dans des environnement différents… Mes rêves prenaient forme !!

Le financement du projet

Mais la question financière nous freinait de toutes parts. L’Ecole sauvage (Es) était vraiment sans le sou. À l’époque, les élèves des cours de vietnamien de Louis le Grand reversaient hebdomadairement à l’Es, leur argent de poche (ou ce qui en restait). Cela nous permettait de financer les salaires des deux enseignants gestionnaires, ainsi que les 5kg de riz mensuels à nos 60 protégés. Ne parlons pas de financer la construction d’une école !!

Chí Tam, de son côté, continuait à travailler sur son projet, passant avec succès sa soutenance et obtint son diplôme. Il remporta par la suite un 1er prix de concours d’architecture lui offrant 40000 FF (soit environ 6 100€) qu’il remit gracieusement à l’Es, constituant ainsi les premiers fonds de ce projet.

Le site d’implantation

Après de multiples péripéties pour trouver un site et constituer une équipe de construction, la commune de Vĩnh Lương près de Nha Trang nous a octroyé un terrain de 2000 m2. Nous avons pu obtenir l’assurance que les plans de nos architectes Charlotte Julliard et Chí Tam soient respectés dans l’intégralité lors de la construction. Il nous a été accordé un permis de construire sans révision (projet « clé en main »). Bref, des accords qui ont beaucoup facilité la mise en route du chantier. Heureusement qu’il y a eu toutes ces facilités !

Entre temps, le projet avait triplé de volume. D’une salle de classe initialement prévue, nous étions maintenant amenés en construire trois. En conséquence, une nouvelle recherche de fonds supplémentaires a été nécessaire.

Démarrage du projet

Une fois de plus, Chí Tam s’est démené pour obtenir une subvention substantielle de la Caisse de Dépôts et de Consignations et de ses relations. Puis à leur tour, André Arditti et Minh ont pu convaincre leurs sociétés (respectivement SOPREMA et IMDS) de s’investir dans cette belle aventure humanitaire.

Conditions administratives et financières maintenant réunies, l’Es s’arrachait littéralement les cheveux dans sa recherche d’un architecte local coordonnateur du chantier. Malgré des tentatives et contacts, le projet ne semblait pas accrocher les entrepreneurs à cause de la fourniture et du traitement des bambous.

Par la suite de concours de circonstances inattendues, et des retrouvailles avec un ami d’enfance, Đặng Hữu Nghị, ce dernier nous présenta notre architecte coordonnateur tant attendu. Chí Tam et Charlotte repartirent à nouveau à Nha Trang à la rencontre de Nguyễn Vũ Hợp, architecte local francophone, pour accorder leurs violons.

Ainsi, sur cette lancée et après une dernière « crise », suivi d’une mise au point avec les autorités locales lors de la visite en Décembre 2002 de Danielle et Pierre Boucat (membres et parrains), nous avons pu, finalement, démarrer le chantier en janvier 2003.

Après 6 mois de construction, l’école était fin prête pour être livrée.

L’extension

En raison de l’affluence et du nombre d’élèves grandissant, L’école en Bambou a été agrandie par la construction d’une extension de l’école initiale avec 3 nouvelles salles de classes, dans le même style architectural.

La cour de l’école a parallèlement été aménagée, et un mur d’enceinte a été construit.

©EcoleSauvage